Destinations

Les informations du monde à vos pieds

Las maquinas de Nantes
2 janvier 2019

Un hallucinant voyage dans les Machines de l’île à Nantes

Si l’on mélange les rêves les plus délirants de Jules Verne, le génie d’un artiste tel que Léonard de Vinci et le talent de deux artistes de rue que sont Pierre Orefice et François Delarozière, le voyage vers un monde incroyable de fantaisie est plus que garanti.

Ce mélange magique est visible à un endroit pas si lointain, sur l’Île de Nantes (au cœur de la ville de Nantes, pour être plus précis), Il s’agit des Machines de l’île de Nantes.

Se promener dans ce parc d’attractions unique au monde est comme s’imprégner du génie mécanique élevé à la puissance mille. Le complexe est divisé en différentes zones thématiques, nous vous recommandons donc de prendre votre temps, en démarrant par la Galerie des machines. Vous trouverez, dans cet espace, un véritable bestiaire de machines représentant différents animaux. L’Arbre aux Hérons, la Fourmi Géante ou l’Araignée Mécanique sont quelques-unes des inventions que vous pourrez chevaucher dans le pur style Mad Max.

Après avoir parcouru la Galerie des Machines, vous ne voudrez pas perdre l’occasion de faire une balade sur le dos du Grand Éléphant et vivre l’expérience unique de sentir jusqu’au dernier de ses engrenages en mouvement. Le bloc suivant du complexe est composé du Carrousel des Mondes Marins, un spectacle mécanique dédié à la mer, divisé en trois niveaux : les profondeurs, les abysses et la surface de la mer. Un bon moment pour vous divertir à bord de son carrousel colossal, en plongeant parmi les poissons abyssaux, les calamars et les crabes de métal, entre autres créatures.

C’est l’heure de la fantaisie, de retomber en enfance en faisant marcher votre imaginaire. Si vous êtes de ceux ou celles qui aiment conquérir les profondeurs de Vingt mille lieux sous les mers, la visite des spectaculaires Machines de l’île de Nantes est obligatoirement à prévoir sur votre liste de prochaines destinations.

Photo | Jean Pierre Dalberá
Tags:
, ,
Sans commentaires

Poste un commentaire

captcha

Soumettre